Mon corps de mère

Ça fait longtemps que je pense à écrire sur ce sujet, longtemps que je repousse aussi… J’ai commencé cet article mi-janvier, après y avoir réfléchit de longs mois. C’est l’article de Marie qui m’a donné envie de le fignoler et le publier. Enfin.

Avant d’être maman je rentrais dans un 34, je pesais 49 kilos. Dans les magasins, je pouvais acheter n’importe quoi, tout m’allait. J’avais plaisir à m’habiller et je faisais régulièrement les boutiques.

Quand je suis tombée enceinte, j’ai été impatiente, impatiente que mon ventre s’arrondisse, que mes seins s’alourdissent… Impatiente que ça se voit! Sur les photos, on voit bien que je me cambre pour faire ressortir un tout petit ventre tout ridicule.

J’ai pris 13 kilos pendant ma grossesse, et  curieuse de savoir combien partaient directement avec bébé, je me suis pesée en salle de naissance, avant, et après (après tout, il y a une balance, il faut bien que ça serve!). Verdict, 62 avant la naissance, 56 après. 6 kilos en 24 heures, c’est le régime le plus rapide du monde! 

Par contre personne ne m’avait prévenue qu’une fois le bébé sorti, mon ventre serait encore bien rond, comme si j’étais enceinte de 6 mois, tout flasque, tout mou… La bonne surprise pour moi qui ai des petits seins, a été de découvrir mon 95D une fois la montée lait arrivée. Je disais au papa: « profites en de mes rondeurs, ça ne va pas durer! »

J’allaitais, et c’est bien connu, on perd plus vite quand on allaite, hein… bande de menteurs!

Je suis sortie de la maternité en décembre, je pesais 56 kilos. Un mois après, j’étais montée à 61 kilos… 5 kilos en quelques semaines… je croyais que je devais perdre plus vite! Je ne sais pas si c’est la pilule spéciale allaitement qui a eu cet effet, la privation de sucre dès le 5ème mois de grossesse qui a poussé mon corps a stocker dès que j’ai repris une alimentation normale? Quoi qu’il en soit, j’ai continué à prendre du poids, jusqu’à 65 kilos pour mon petit 1m55… Sans pour autant manger en excès ou n’importe quoi (juste n’importe quand, ma fille ayant toujours envie de téter lorsque je passais à table) J’ai commencé à perdre quand ma fille s’est sevrée vers 6 mois, et pour ses 1 an, je pesais de nouveau 56 kilos.

A ce moment là, nous avons choisi de mettre numérobis en route. Jusqu’au 8ème mois, je n’ai pris que 4 kilos, j’étais contente de rentrer dans mes pantalons que je mettais entre mes deux grossesses. Puis le dernier mois, 5 kilos sont venus s’ajouter, soit 9 kilos, en 9 mois… 65 kilos en tout. De nouveau je sors de la maternité à 56 kilos, je me sens bien, belle, fine malgré mon ventre tout mou tout moche. De nouveau 3 semaines plus tard: +5 kilos.

Je me souviens d’un trajet en bus vers l’hôpital pour un rendez-vous chez le pédiatre alors que mon fils avait 6 mois et où une vieille (c’est dingue comme c’est toujours les vieilles qui nous font ch… dans le bus!) m’a demandé si j’étais ENCORE enceinte, si c’est pas malheureux ces gamines qui font des bébés… Après lui avoir vertement fait remarqué que je n’avais pas 18 ans (l’âge qu’elle me donnait « au mieux »!) mais 29, je lui ai aussi dit: « et je ne suis pas enceinte, je suis juste grosse ».  Ça lui a cloué le bec, mais ça met quand même un coup au moral…

Pendant les 2 années qui ont suivies, j’ai yoyoté (oui, aujourd’hui j’invente des mots :p ) autour de 61kg avec un pic jusqu’à 68kg… m’habiller est devenu une corvée, je ne savais plus quoi porter, je n’arrivais plus à me sentir belle. Les essayages en cabine me désespéraient et je ressortais souvent les mains vides ou bien avec des vêtements pratiques. Le pantalon noir de danse, un peu flou, mais confortable a été longtemps mon ami, la polaire chaude et difforme aussi… Pendant ces 2 années, j’ai oublié totalement ma féminité, et sans le maltraiter, j’ai négligé complètement mon corps. J’étais épuisée, entre un bébé qui n’a dormi à peu près correctement qu’à 14 mois, et une « grande » pas si grande au final, qui avait aussi beaucoup besoin de sa maman. J’ai arrêté de prendre soin de moi, plus de coiffeur, de maquillage, de pomponnage. J’ai détesté croiser mon reflet dans le miroir, j’ai mis longtemps à assimiler mes rondeurs et c’était un choc à chaque fois. J’ai rangé mes talons au placard ne les ressortant que les jours de fête… J’ai été malade aussi, une maladie qui m’a forcé à un régime draconien: un régime avec zéro graisse. J’ai perdu 5 kilos en 1 mois: je les ai repris les deux mois suivants, avec pourtant, un régime alimentaire très raisonnable.

Et puis l’allaitement a prit fin et petit à petit, sans effort particulier, les kilos sont repartis. Aujourd’hui, j’ai retrouvé ma ligne d’avant (et mon ancienne garde robe). Aujourd’hui, quand je regarde les photos de moi à cette époque, je me trouve un peu ronde, un peu cernée, mais belle, ce que j’étais incapable de voir à ce moment là, tant je ne me reconnaissais pas dans ce corps trop large pour moi.

Je fais partie de ces femmes qui prennent du poids en allaitant. Oui, ça existe. ça ne veut pas dire qu’on se bâfre, même si comme tout le monde, on aime croquer un peu de chocolat de temps en temps (ça réconforte après une nuit pourrie). Quand on entend partout que l’allaitement permet de perdre rapidement, ça déstabilise. Quand on a été mince sans s’astreindre à un régime, ne pas réussir à perdre en faisant attention, c’est assez perturbant. Je l’ai tellement détesté ce corps, que j’avais du mal à accepter que mon conjoint puisse l’aimer, puisse vouloir le toucher. Je ne garde pas un bon souvenir de cette période, plutôt une sorte de brouillard cotonneux dans lequel je me suis perdue. J’ai l’impression d’avoir perdu pied, de m’être oubliée, totalement dévouée à mon accaparante progéniture. De m’être omis en tant que femme, puisque je ne me reconnaissais plus en tant que telle.

Aujourd’hui je vais beaucoup, mieux. Mon fils dort très bien. J’ai mis un peu de temps à ne plus me réveiller au moindre souffle, à ne plus être en alerte dans mon sommeil, mais à mon tour, je dors très bien.

Je me sens bien dans mon corps. Et je crois que mon mieux être a commencé quand, flottant dans mes pantalons j’ai ouvert mes vieux cartons et ressortis le 38, puis le 36… J’ai ressorti mon maquillage, je me vernis les ongles, je prends soin de mes cheveux. Je me sens belle. Je dis davantage bonjour aux parents à l’école, je prends le temps d’échanger 3 mots. La vie est plus légère.

Pourtant, si je devais avoir de nouveau un bébé, si je devais de nouveau trainer des kilos en trop, je pense que je ne le vivrais pas aussi mal, parce que je sais que c’est une étape, une étape nécessaire, et que ça passe.

Je pense que je l’ai mal vécu parce que j’étais partie de l’idée que je perdrai vite, et sans effort, grâce à l’allaitement et ma constitution. Or chaque femme, chaque corps, chaque grossesse est différente, mais quoiqu’il advienne, le corps d’une mère change, et cette maternité pleine de rondeur, de douceur et de moelleux, c’est beau, aussi.

Publicités
Cet article, publié dans Côté mère, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

6 commentaires pour Mon corps de mère

  1. Le rapport au corps est très particulier et dépend de ton ressenti, de ton vécu.
    Certaines personnes ont dû te trouver très belle à une période où tu ne te sentais pas bien dans ton corps. Difficile de s’accepter quand l’image que te renvoie le miroir n’est pas conforme à l’image que tu as de toi.

  2. Astrid (my parade) dit :

    Pour moi, le plus dur, ça a été de me faire aux vergetures et à la sensation d’un corps nouveau… à l’intérieur ! Et pourtant, maintenant que j’y repense, j’en ai pas tant que ça des vergetures !! Mais j’ai la fâcheuse manie de toujours me dévaloriser et de toujours me trouver moche… J’ai pas encore trouver la solution pour me trouver belle moi snif 😦

    • Cette fâcheuse manie te pourrie la vie depuis toujours, tu as de quoi être fière de toi en bien des points…Et puis tu es superbe! 🙂 Regardes toi dans les yeux de ceux qui t’aiment…
      Pour les vergetures, j’ai eu de la chance, j’ai une peau solide 🙂 J’imagine que ça doit être très difficile à accepter ces petites lignes indélébiles… ♥

  3. Je n’avais pas lu cet article. Qu’il est émouvant !
    J’ai à peu près la même corpulence que toi, la même taille. Le même poids lors de mon mariage. Après trois grossesses, les courbes sont restées. Lorsque je regarde les photos, je m’étonne moi-même, de tout ce que le corps met en oeuvre pour construire un bébé, puis l’alimenter, de même que je suis étonnée lorsque je revois des photos de l’avant. Nous nous trompons peut-être en cherchant à retrouver une image physique qui a disparu, une image mentale qui ne prend pas en compte la maternité. La société est cruelle aussi, pour laquelle les filles prépubères posent pour les crèmes anti-rides et vergetures. Mes courbes ne sont pas toutes parties, mais j’ai changé ma garde robe, j’ai donné à celles qui ont retrouvé leur corps d’avant (les chanceuses ^^) et aux filles des copines. Après tout, à chaque étape sa nouvelle enveloppe. L’homme trouve que plus de femme c’est mieux, ça tombe bien, il s’arrondit aussi ^^
    Merci pour ce très beau témoignage qui fait réfléchir.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s