10 mars 2014

006La première fois que j’ai mis les pieds dans une auto-école, j’avais 17 ans. Je me suis inscrite en conduite accompagnée. Pour moi, les cours de code c’était surtout un prétexte à rigoler, alors ça a trainé. Quand j’ai eu 18 ans, j’ai basculé en permis B, j’ai fait 13 heures de conduite, puis je n’ai plus eu de sous.

Deux ans plus tard, je retente le coup, je suis étudiante, mon parrain m’offre le permis, je suis motivée et assidue, j’y crois fort. Et puis, le coup de fil, j’apprends que mon frère a eu un accident, il est dans le coma. C’est parti pour un mois d’angoisse, les médecins sont réservés, les blessures importantes. La sonnerie du téléphone me tord le ventre, les jours passent comme suspendus à ces nouvelles que j’attends et redoute à la fois. Puis petit à petit, il va mieux. Jusqu’à aller bien, tout court. Je reprends mes cours de conduite, mais la peur est installée, je ne progresse plus. Mon moniteur me propose de faire une pause, elle va durer de longues années.

Septembre 2009, j’ai 27 ans, je m’inscris de nouveau dans une auto école, comme je me connais, je paye la totalité tout de suite. Je reprends le boulot, j’ai un bébé, ça devient vraiment compliqué de ne pas conduire. Ma fille a 10 mois, je profite du mercredi où elle est à la crèche pour aller en cours de code. Puis je quitte mon boulot, numérobis s’installe, et de nouveau, je laisse le permis de côté.

Septembre 2011, c’est la bonne! Je vais en cours, je progresse, je passe mon code que je décroche du premier coup, on est en novembre 2011. J’enchaine avec la conduite, toujours avec appréhension, et je passe mon permis en mars 2012, puis en avril. Je le loupe 2 fois. La sensation de ne pas être prête, et la trouille qui me paralyse le jour de l’examen, deux fois.

Mai 2012, je passe en conduite supervisée. Je me donne 3 mois pour conduire avec mon homme et ses parents, prendre confiance en moi et y retourner. ça durera presque 2 ans. Une pensée spéciale pour ma belle-mère, qui pendant ce temps m’a fait conduire, a été totalement disponible pour moi.

Juillet et Aout 2013, je reprends les cours en auto-école, 2 heures par semaine. J’arrête à nouveau, avant la dernière ligne droite. Janvier 2014, je recontacte mon moniteur, de nouveau, 2 heures de cours par semaine, jusqu’à mars, où je me sens prête et demande une date de permis. Un jeudi soir. Mon moniteur me dit « vous m’avez demandé une date de permis, le 10 c’est bon? C’est lundi. » Je négocie encore 4h de cours, le vendredi et le samedi matin. Je n’arrive plus à manger, ni à dormir, j’ai des migraines qui ne passent pas. Lors de mon dernier cours, j’ai envie de vomir, de pleurer, j’ai la sensation de me liquéfier.

La nuit de samedi à dimanche, je ne dors quasiment pas, je suis épuisée, j’enchaine les crises d’angoisses. Dimanche après midi, je vais conduire avec mon homme et je fais bêtise sur bêtise. Je rentre anéantie, je me douche, je redescends, je fonds en larmes. Marre que ma vie soit régie par ces fichues crises, je me vois échouer, une fois encore. Je m’imagine le lendemain, faire n’importe quoi, clouée par la peur. Je me dis que je fais peut-être partie de ces personnes incapables de passer le permis, de surmonter l’angoisse.

Pour dormir la nuit de dimanche à lundi, je prends un anxiolytique. Le lundi matin, j’en reprends un demi. J’ai peur, je me sens faible, la trouille au ventre, je vais passer le permis comme si j’allais à l’échafaud. La monitrice arrive, elle nous demande qui souhaite passer en premier, je ne veux pas laisser le stress m’envahir alors je demande à ce que se soit moi. Elle nous parle de l’inspecteur, précise qu’il est très vigilent sur les contrôles, qu’ils vont parler et que je ne dois pas participer à la conversation.

Je monte dans la voiture, j’ai peur mais je ne tremble pas. Je souffle un bon coup, m’installe, j’essaye d’avoir des pensées positives, je m’imagine emmenant les enfants à la piscine, au cinéma, au lac… je dis que c’est bon et c’est parti. Cligno, contrôle de l’angle  mort, go. L’inspecteur parle de ses prochaines vacances, moi je me concentre, n’écoutant que les indications de direction. Intersection, contrôle des 3 rétro, 1, 2, 3, je reste dans ma bulle, je me laisse bercer par leurs voix, on tourne pas loin de chez moi, je connais bien le secteur, je ne loupe aucune priorité à droite, tout va bien. Il me fait 2 remarques: j’ai oublié le rétro droit sur une intersection, et j’ai tardé un peu à repasser la seconde. Quand il me demande de choisir une manœuvre, je reste bloquée, incapable de décider si je vais faire une marche arrière ou faire demi-tour, mais il me dit qu’un demi tour fera l’affaire, et je repars. Je fais bien attention sur le reste du parcours et tout à coup, on est devant le centre d’examen, je n’ai pas vu les 20 minutes passer.

Il me demande de lire un plaque, de faire une marche arrière, de lui montrer un réglage sur le siège, puis la batterie de la voiture. J’ai du mal à ouvrir le capot et voulant faire vite, je me plante, il rigole en disant que je me suis trompée, je rectifie en me moquant un peu de moi. Examen terminé.

008

Il faut attendre 3 jours pour le savoir, mais c’est bon.

J’ai passé le permis et j’ai survécu. J’ai passé le permis et ça c’est bien passé. J’ai passé le permis et la monitrice me félicite en me disant qu’elle avait vu qu’il y avait eu du travail.

/31  J'ai passé le permis et j'ai eu une super note!

/31
J’ai passé le permis et j’ai eu une super note!

J’ai 32 ans, et j’ai ENFIN le permis de conduire… C’est pas trop tôt!

Le 10 mars 2008, ma fille a été conçue.

Le 10 mars 2010, mon fils a été conçu.

Le 10 mars 2014, j’ai passé mon permis de conduire. Le début d’une nouvelle vie…

Publicités
Cet article, publié dans Côté mère, Les grandes étapes, Non classé, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

7 commentaires pour 10 mars 2014

  1. Eh bah ! 😉 Sacrée aventure, mais ça va te changer la vie. Et le plus dur a été de dépasser tes peurs et tes angoisses et rien que pour ça tu peux être super fière de toi ! Bravo ❤

  2. Okita dit :

    Félicitations ! Pour moi aussi ça avait été compliqué : je l’ai aussi passé 3 fois mais c’était y a 10 ans maintenant (mars 2004;-) )
    Pour moi ce fut vraiment le début d’une nouvelle vie!Je me suis sentie libre!!Je prenais la voiture juste pour le plaisir de conduire lol alors que maintenant j’évite au maximum.

  3. isabelledmup dit :

    ce sujet me touche beaucoup ; je suis fière de toi (si je peux me permettre) ; je te souhaite d’y trouver la liberté et la joie. Parfois je me dis que ceux qui n’ont pas peur ne peuvent pas imaginer que chaque escapade est une victoire, une grande victoire. Plein de bises

  4. aurore97200 dit :

    Hé hé : Le 10 mars est ton jour ^^ Encore toutes mes félicitations 😉 Moi je te comprends un peu … je panique à chaque examen … du coup, moi qui aurait rêvé avoir le permis moto … ben je m en passe car pas l envie et la force de repasser par le stress des examens … 😉

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s