Viens, je t’emmène… faire un petit tour en train.

train de nuit

« Train de nuit, je serai
Jusqu’au dernier arrêt
J’en fais serment »

Comme vous vous en êtes rendu compte avec le précédent article, je suis partie en vacances. Avec mes deux enfants, toute seule et en train. Pour éviter de passer une journée éprouvante pour moi, pour eux, pour tout le train wagon, j’ai choisi de voyager en couchettes, en train de nuit. J’en vois au fond qui commencent à se marrer… c’est pas très gentil ça!

Sur le papier c’était par-fait. Je me disais que j’avais eu une super bonne idée, train à 22h30, enfants fatigués, enfants qui dorment jusqu’à Paris. Arrivée à 7h30, petit déjeuner dans une brasserie sympas en gare, métro, rer, Normandie vers midi, frais et dispo.

C’était sans compter… mes enfants. Qui ont déjà voyagé en train sur des longs trajets, mais les deux avaient 1 an lors de leurs derniers voyages respectifs, et du coup il y avait aussi l’excitation d’une grande première! Dormir dans le train, c’est quand même quelque chose! Quelque chose de tellement chouette que roudoudou l’avait annoncé à sa maitresse le jour des vacances…

22h30, soir du départ, nous montons dans le train après un rapide bisou à papa. A peine le temps de trouver notre compartiment que le train repart. On fait coucou à papa (c’est pas mon papa, hein, c’est celui de mes enfants, je suis au courant…) resté à quai, en face de nous la porte est fermée, j’appelle le contrôleur.

Quand la porte s’ouvre enfin, je découvre un compartiment plein à l’exception de nos deux couchettes en bas, et endormi. La pression monte. On cale les sacs, enlève les manteaux et les chaussures, on s’installe. Deux couchettes pour trois, je tente en premier lieu de les mettre tête-bêches. Ils se relèvent, demandent à boire, veulent regarder par la fenêtre, commencent à escalader, à ricaner bêtement.

train de nuit couchettes

23h30 ça fait une heure que nous sommes partis, et nous arrivons en gare de Toulouse, le train s’immobilise… mais ne repart pas. Voilà qui ne m’aide pas à les convaincre de dormir! Ils regardent les lumières de la gare, le ballet de la machine qui nettoie… ils chuchotent de moins en moins. Je prends mes zouaves (en chaussettes) et les entraine dans le couloir.

Je leur explique que les autres passagers dorment et qu’ils doivent absolument faire moins de bruit. Qu’on va rester un peu dans le couloir, qu’ils peuvent se dégourdir les pattes en silence! Une dame sort du compartiment voisin, elle leur adresse directement la parole en leur disant:

« il va falloir faire moins de bruit, on entend tout à l’intérieur, vous embêtez tout le monde ».

Avant de partir au bout du wagon pour téléphoner. Je pars de l’autre côté. Trouve une machine à café, commande un cappuccino dégueulasse parce que j’ai appuyé par erreur sur sucré… Ils font tellement de bruit que je ne sais plus quoi faire, excités par la fatigue ils s’entrainent l’un l’autre à grands coups de rires hystériques…

00h30 On ne repart toujours pas, je sens ma fille à bout, elle va sombrer, je décide de réintégrer notre compartiment, après un lavage de cerveau à base de « laissez les autres dormir ». Hélas, mon fils a décidé de ne pas m’épargner et c’est reparti pour un tour, il ne parle pas mais escalade, tape des pieds… J’en installe un dans chaque couchette et je reste assise au milieu. Ma puce s’endort, faisant entendre un peu sa voix quand même pour « où est doudou? », « où est ma sucette? », « où est ma gourde? », « je veux que tu dormes avec moi maman » et « mon frère fait trop de bruit, il  m’empêche de dormir ». Mais si on lui foutait la paix elle dormirait bien volontiers mine de rien.

J’en suis à un point où je suis crevée, stressée par rapport aux autres voyageurs et l’absence de solution… j’ai envie de l’assommer, de le bâillonner… ma nuit tranquille dans le train se transforme en épreuve de force et j’en peux plus. Je visionne tout ça, le bâillon, le gourdin, l’abandon à quai histoire d’en sourire un peu quand même parce que je vois plus trop quoi faire d’autre.

Et je m’énerve, je me fâche, à voix basse mais je gronde quand même, je suis épuisée, moi en tout cas je voudrai bien dormir!

00h45 Une voix s’élève de la couchette supérieure:

« moi de mon temps, quand on voyageait avec des enfants, on leur donnait du sirop pour qu’ils dorment, comme ça ils n’embêtaient pas tout le monde ».

Un peu à bout de nerfs je réponds: « je connais, mais je ne suis pas pour ce genre de méthode, je suis désolée que mes enfants vous empêchent de dormir, je vais aller voir le contrôleur pour voir s’il est possible de trouver une solution »

Allez-retour rapide à la cabine du contrôleur voisine de la mienne: pas de solution.

Je retourne dans la cabine et annonce à la dame que je suis désolée, qu’il n’y a pas d’autre place, mais que je vais tout faire pour qu’il s’endorme vite.

Elle revient à la charge:

« n’empêche que pensez-y pour la prochaine fois, une cuillère de sirop, ça ne fait pas de mal, mais au moins tout le monde peut dormir ».

« – je vous remercie madame, mais non merci, je ne drogue pas mes enfants, la sncf ne fournit pas de bâillon par contre il y a des bouchons d’oreilles dans votre pochette…« 

J’ai déjà été à sa place et je la comprends bordel! Je compatis à fond… mais je ne sais pas trop quoi faire de plus, là?

Je me penche sur ma fille pour lui dire de dormir et ressort dans le couloir avec mon fils.

couloir train de nuit

Je lui montre la vie de nuit de la gare, les lumières, on discute un peu…

La porte du compartiment voisin s’ouvre à nouveau et la dame qui avait parlé aux enfants un peu plus tôt s’adresse à moi ce coup-ci:

« mais vous voyagez avec des enfants en bas âges et vous ne leur avez pas donné de sirop pour dormir? Moi quand mes enfants étaient petits… Une fois par an ça ne fait pas de mal! »

Mais purée, c’est un complot? C’est juste un petit garçon un peu trop excité par son premier voyage en train de nuit… Il ne fait pas tellement de bruit en plus, il chuchote juste un peu fort, et parfois il oublie.

01h00 Des voyageurs commencent à monter, une jeune fille regarde mon fils, lui fait un grand sourire et lui dit:

« tu ne dors pas toi? C’est la première fois que tu voyages en train de nuit? Tu vas voir, c’est chouette de dormir dans le train! »

Sourire fier du fiston, fatigué de la maman.

Le train grince, on repart… il est environ 1h15… on regarde les lumières s’éloigner, et on retente encore de se coucher. Il gigote encore un moment sur la couchette que je partage désormais avec lui, puis d’un coup, il s’endort.

Moi je somnole voyant passer toutes les heures… pour le repos on repassera!

Le lendemain matin, alors que je présente des excuses aux autres voyageuses (nous étions dans un compartiment femmes seules) la dame de la veille me répète une fois de plus les vertus du sirop que sa sœur donnait à ses enfants et qui les faisait dormir…

Je souris poliment, je suis fatiguée, et le voyage n’est pas encore terminé.

Je vous rassure, le retour, de nuit aussi, s’est très bien passé… et je n’avais pas acheté de sirop!

train-de-nuit- en gare

Et vous? vous avez des souvenirs de voyage en train avec vos enfants? Ou vu de l’autre côté?

Publicités
Cet article, publié dans Ah, les mômes!, Viens, je t'emmène..., est tagué , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

4 commentaires pour Viens, je t’emmène… faire un petit tour en train.

  1. Sont cons ces gens. Ils auraient pu faire comme la jeune fille et les motiver au lieu de t’engueuler et de te dire de les droguer !

  2. aurore dit :

    Arggghh cte bonne femme !! Fallait lui dire que le sirop magique il rend sage les enfants mais adultes ils deviennent aigries et un peu zozo …. comme elle tient !!

    Natan a l habitude de voyager en long courrier et nous c un pauvre con qui a OSE le menacer alors qu’il était sage et que je suis partie aux WC … étrangement il m a fui avant même l arret complet de l avion (si si … il s’est collé à la sortie alors que le pont n’était meme pas encore installé… peut être la menace que papa costaud attendait dehors et que maman une fois plus enfermée dans l avion pourrait parler librement + le fait que TOUS les autres passager de notre secteur et hotesse de l air sont venus féliciter natan … oui 9 heures de vol et un enfant de 3 ans sage… c’est rare parait il

    Sinon : bonnes vacanceS?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s