Tu seras propre, mon fils.

Il y a des étapes très chouettes dans la vie d’un enfant: les premiers sourires, les premières cuillères de compote, les premiers pas, les premiers dessins, les premiers mots, les premiers je t’aime… même la première dent à quelque chose d’émouvant.

Moi, il y a une étape que j’aimerais bien tout simplement sauter: la propreté. Hop, magie-magie, abracadabra, t’es propre et puis voilà. Mais rien n’est simple. Pour que l’enfant soit propre, il va falloir éponger, laver, serpiller, encourager…

A la fin de l’hiver (enfin vers le mois de mars quoi, on va pas chipoter pour 2 ou 3 mois), mon fils a demandé à aller au pot, et à enlever la couche. J’ai été prise de sueurs froides à l’idée de toute les machines que ça me prendrait l’apprentissage de la propreté en hiver, j’ai compté les pantalons qu’il acceptait de mettre (monsieur est sensible du bidon), j’ai pensé au sèche-linge en panne… et je lui ai suggéré d’attendre le printemps. Il devait être imminent. Le beau temps se faisant désirer, j’ai investie dans des culottes d’apprentissage, je pensais qu’elles permettraient de garder le pantalon au sec… que nenni, la culotte d’apprentissage évite simplement le passage de serpillère. On a essayé un peu, on a capturé quelques pipis, mais je remettais vite la couche, j’attendais le beau temps pour se lancer sérieusement.

Vers le mois de mai, de nouveau le voilà qui revendique le pot. Chaque matin je lui propose: « tu veux la couche ou la jolie culotte? ». Chaque matin il répond: « ma hulotte de gand! » et à chaque pipi, je douche, nettoie, rassure. Pour rester constant, j’arrive donc à la crèche un matin( il y passe 2 journées par semaine) avec un sac plein de vêtements de change, et j’explique que c’est pas vraiment ça à la maison, mais qu’il est volontaire, et qu’avec l’exemple des copains, peut-être… le soir, on récupère une seule culotte sale. On félicite. Le jour de crèche suivant, et bien qu’à la maison ça soit toujours une catastrophe, il revient le soir avec la même culotte que le matin. Je suis très fière de lui, je lui dis, et je le félicite.

Mais à la maison, toujours rien. Enfin si, je serpille beaucoup. Je lui lis des histoires sur le pot, je lui chante des chansons, je lui dis que c’est pas grave de ne pas y arriver, maman aussi a fait pipi dans sa culotte quand elle était petite. Papa aussi, oui. Et papi. Et mamie aussi. Par contre chez mamie, ça se passe bien. Elle le laisse en couche et lui propose le pot mais la couche reste propre. Je suis jalouse, c’est toujours agaçant ce genre de chose.

Alors je fais pareil, j’essaye de le laisser en couche et de lui proposer régulièrement le pot. Il y reste de 2 minutes, repart à poil et pisse par terre.

Le matin, c’est avec de moins en moins de conviction que je lui propose de mettre une culotte. Quand il m’appelle parce qu’il fait pipi par terre, j’ai plus envie de gronder que de consoler. A la crèche, ça se dégrade et il salie en moyenne 2 culottes par jour.

Il ne veut plus aller à l’école, il demande encore et toujours à téter. Il me dit qu’il n’est pas grand, qu’il est bébé, qu’il ne s’appelle pas A*** mais bébé. Il fait exprès de mal articuler, pleurniche, régresse.

Un jour à la crèche, une de ses auxiliaires me dit: « On lui met la culotte, on l’emmène aux toilettes, mais il n’en a rien à faire. La dernière fois je lui ai demandé s’il ne sentait pas le pipi venir, et il a rigolé ». Je fais rentrer mon fils dans la salle pour qu’il n’entende pas le reste de la conversation, et je lui fais part de mes observations, le fait qu’il veuille rester un bébé, le fait qu’il le dise si clairement. Elle me suggère d’en parler à un spécialiste, une ou deux séances peuvent décoincer le truc.

Ça me tourne dans la tête. Avec sa sœur c’était si simple, on a épongé des pipis, mais aussi essuyé des larmes, quand elle n’y arrivait pas elle était triste, parce qu’elle voulait y arriver. Elle n’a pas été propre du jour au lendemain, mais l’apprentissage a été classique, parce qu’elle était vraiment volontaire. J’appelle mon homme, je lui dis que je suis inquiète, je passe demander conseil à mon médecin (absent)…

Le fait est que je ne sais absolument pas comment réagir, j’ai essayé de lui dire que moi, je ne voulais pas qu’il soit un bébé, qu’un bébé ça ne marche pas, ça ne parle pas, ça ne fait pas de vélo… Que c’est drôlement chouette de grandir, d’apprendre de nouvelles choses, et que moi j’adorais le voir grandir et progresser…

Est-ce que je dois jouer le jeu? remettre les couches, m’occuper encore de lui comme un tout petit? Est-ce que je dois me fâcher? Est-ce que je dois m’inquiéter? Le fantôme de la rentrée, et l’échéance qui fixe une dernière limite à l’acquisition de la propreté se profile dans un lointain tout proche. Je redoute les cris, les larmes, de ce petit bout qui ne veut plus y aller.

Peu de temps après, lors d’une soirée avec des amis, il a fait caca au milieu du salon. Et j’ai marché dedans. Il était assis dans le canapé, le coude sur l’accoudoir et il a répondu « ouai » quand je lui ai demandé toute surprise: « mais tu as fait caca au milieu du salon? Et tu t’en fou en plus? »

Ce soir là, j’ai parlé de mes angoisses, et mes copines maman m’ont dit de lui donner du temps, de décompresser, de lui faire confiance. Bref, de lâcher prise.

J’ai remis les couches. Il s’est remis à jouer à la crèche, il est de nouveau détendu. Il parle de l’école, de sa maitresse qui va lui apprendre à écrire son prénom et celui de sa sœur. Il articule de nouveau normalement et demande moins souvent à téter. Je lui refuse fermement maintenant, parce que j’ai compris que lui accorder 5 minutes pour qu’il voit qu’il n’y a plus de lait, ça ne lui rend pas service en fait. Alors ça va mieux. On va se donner le temps, et peut-être qu’il va me surprendre, m’étonner, devenir propre du jour au lendemain? En attendant je savoure, de ne plus éponger , serpiller. De ne plus avoir de lessive urgente cause odeur de pipi qui prend le nez.

Et la mamie qui dit: « mais, il a des couches??? », je lui dis merde, simplement.

Et chez vous la propreté, ça se passe comment?

Publicités
Cet article, publié dans Les grandes étapes, est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Tu seras propre, mon fils.

  1. Aurore dit :

    Heuuu …. pour moi … un enfer … alors que tous les petits étaient propres autour de 2 ans … il aura fallut attendre 3 ans pour que le miens le soit totalement. Alors qu’il a commencé par demander le pot et faire caca dedans facilement … vers 2 ans … il remettra ses couches et se constipera si on la lui refuse … Alors qu’on l encourage, lui lit des histoires sur le pot, lui achète un réhausseur etc… bref… rien n y fait. Le pipi … souvent dans la culotte … jusque même récemmenet (4 ans et demi – bon y a eu l arrivée de petite soeur et beaucoup de changements donc quelques incidents c était logique…. ) Donc ce que j’en ai retiré :
    1) je ne compare plus avc les autres enfants … ça ne sert à rien … ils sont tous uniques
    2) j’ai arrêté de le solliciter …. du coup il s est relâché de lui même aussi et c’était fini le « petit pouvoir qu’il avait sur nous  » (oui le miens il a un sacré tempérament lol )
    3) je lui fais confiance
    4) le deuxieme est une fille … elle aime déjà pas (à 3 mois) être sale et je prie pour que ce soit plus facile avec elle

    Comme bonne raison pour la difficulté : mon fils a eu très longtemps des coliques et caca liquide du a des allergies …. donc il avait un petit souci de ce côté là … C’est le docteur qui nous a dit de « lui foutre la paix! » Car ce qui est sûr en matière de corps et d intimité … c’est que cela regarde et concerne avant tout l enfant .. tant qu’il va bien et se porte bien … le souci de la propreté est surtout un problème à cause du parent…. pas faux.

  2. Ping : Le déclic |

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s