Pour allaiter, soyez bien entourées!

 

allaiter

 

Il y a longtemps que je souhaite parler allaitement sur ce blog, je n’ai pas osé, je n’ai pour en parler que ma propre expérience. Certes avec deux enfants, j’ai 30 mois d’allaitement à mon actif, mais je n’ai eu aucun problème particulier. J’ai eu simplement la chance d’être bien entourée, et soutenue, que ça soit dans mon cercle privé, ou de la part de mon généraliste et mon pédiatre qui suivent mes enfants. Mais il y a des choses qui me font bondir !

Il y a un mois de ça, à la sortie de l’école, je parle avec plusieurs mamans, la discussion part sur l’allaitement et une des mamans me dit qu’elle passe en mixte parce qu’elle n’a plus assez de lait… à la dernière pesée la pédiatre a jugé la prise de poids de sa puce insuffisante et elle s’est entendu dire « si elle n’a pas pris tant de gramme au prochain coup, il faudra passer au biberon ». Forcément  pour une maman, entendre ça, c’est comme entendre « vous la nourrissez mal ». Elle ajoute que sa fille s’énerve au sein, qu’elle pleure après les tétées, et que du coup, elle a acheté du lait, pour qu’elle grossisse, elle ne doit plus en avoir assez. Sa fille a 3 mois. Je lui parle des pics de croissance, ce dont elle n’avait jamais entendu parlé, je lui conseille des tisanes, une mise au sein à la demande, de la garder près d’elle. Elle est contente, elle m’explique qu’elle a arrêté aux deux ainés à peu près à la même période pour les mêmes raisons… mais et la prise de poids ?

Je lui parle en premier de ma propre fille, mon ainée, que j’ai allaité 6 mois. Elle prenait très peu de poids, ce qui m’inquiétait. Mon généraliste m’a rassurée, certes elle est en bas de la courbe, mais elles sont faites avec des statistiques de bébés allaités au biberon, et les bébés allaités au sein ont une prise de poids différente (vous pouvez consulter des courbes de bébés allaités ICI). Ma fille est bien, elle sourit, gazouille, remplie ses couches… tout va bien ! Je suis repartie rassurée sur mon choix, sure de moi. Si j’avais eu un discours culpabilisant, j’aurais certainement couru à la pharmacie acheter du lait artificiel. J’ai eu de la chance.

Ensuite, avec l’expérience de mon fils, je lui demande si sa fille semble souffrir ? Peut-être des coliques ? Un reflux ? Une autre piste qui expliquerait les pleurs de sa fille ? Je lui dis aussi que sa pédiatre n’a pas l’air pro-allaitement et je lui conseille d’aller voir le mien, pour être soutenue. Je lui parle aussi des réunions d’allaitement organisée par l’association locale, et je lui conseille de les contacter, et de consulter les fiches de LLL à ce sujet.

Le temps a passé, je ne lui ai pas reparlé, jusqu’à ce matin. Devant moi, je la trouve à la pharmacie, une boite de lait sans plv dans les mains. Elle m’explique qu’elle a été obligée d’arrêter, parce que sa fille est intolérante aux protéines de lait de vache. Alors, elle n’a pas eu le choix, elle a été obligée d’arrêter, et de la passer au lait artificiel, qu’elle est déçue, parce qu’elle aurait bien aimé l’allaiter 4 mois, mais que la pédiatre a dit… En plus, elle a essayé un autre lait avant, mais ils ont été obligés d’aller aux urgences parce que la petite ne le supportait pas. Elle a un reflux en plus, alors l’allaiter, c’était plus possible.

Je lui ai demandé si on lui avait suggéré de ne plus manger de laitage et de continuer à allaiter sa fille ? Non, bien sûr, on ne lui en a pas parlé… alors que pour sa fille qui a un reflux plutôt important, le plus simple aurait été de continuer de bénéficier du lait de sa mère, qui se digère plus rapidement, ce qui est plus confortable avec un rgo, et qui a des vertus cicatrisantes sur un œsophage mit à rude épreuve par l’acidité gastrique… Parce que cette maman tenait à son allaitement, elle avait besoin qu’on la rassure, qu’on l’accompagne, qu’on la soutienne. Elle avait besoin de solutions en accord avec son projet… Au lieu de ça, elle a eu droit à un discours culpabilisateur, qui l’a forcée à renoncer à quelque chose qui lui tenait à cœur. Et moi, ça m’écœure, je suis tellement triste pour elle. Elle a cette sensation d’échec qui reste, et c’est tellement dommage.

Vous allaitez ? Allez à des réunions d’allaitement, il y a partout, pas loin de chez vous, des réunions, où vous pourrez trouver conseils, réconfort… Contactez une conseillère, quelqu’un que vous pourrez appeler si vous en ressentez le besoin. Entourez-vous de médecins pro-allaitement, vous pouvez aussi parler allaitement avec votre sage-femme.

Personnellement, je n’ai jamais eu besoin de m’y rendre, j’ai utilisé un forum, j’ai rencontré d’autres mamans, et en cas de doute, je me tournais vers elles. J’ai aussi eu beaucoup de réponses en consultant le site de la leche league.

Mais si vous avez des doutes, si vous ne savez plus, si tout ne marche pas comme sur des roulettes, ne restez pas seule, tournez-vous vers des personnes compétentes… ne vous laissez pas infantiliser, ou dicter vos actes…Je n’avais face au discours de son pédiatre aucun poids, elle n’a certainement pas appelé, pas vu de conseillère en lactation… C’est dommage, elle aurait reçu d’autres conseils, qui auraient été dans le même sens: le bien être de sa fille, mais en respectant son souhait de la nourrir au sein…

Si vous souhaitez témoigner de vos expériences d’allaitement, vous pouvez m’envoyer votre témoignage par mail…

Publicités
Cet article, publié dans La voie lactée, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

6 commentaires pour Pour allaiter, soyez bien entourées!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s